USA: rejet du plan de sauvetage des banques à la Chambre

USA: rejet du plan de sauvetage des banques à la Chambre = Lundi Noir !!!

 

http://www.afp.com/francais/news/stories/newsmlmmd.881d196a563deb315bfa3d4ec4598199.01.html

 

USA: rejet du plan de sauvetage des banques à la Chambre

28/09/2008 06h26

Harry Reid, Nancy Pelosi et Christopher Dodd lors d'une conférence de presse le 28 septembre 2008 au Congrès à Washington
©AFP/Getty Images - Chip Somodevilla

WASHINGTON (AFP) - La Chambre des représentants américains a créé la surprise et secoué encore davantage les marchés en rejetant lundi le plan de sauvetage des banques de 700 milliards de dollars, destiné à stabiliser le système financier américain.

Par 228 voix contre et 205 pour, les représentants ont refusé au secrétaire au Trésor Henry Paulson les moyens qu'il demandait pour renflouer les banques mises à mal par la crise immobilière, à travers la "Loi sur la stabilisation économique d'urgence de 2008".

Cette intervention de l'Etat dans le secteur privé, sans précédent dans l'histoire américaine, visait à racheter les actifs douteux des banques en difficulté du fait de la crise immobilière.

La Bourse de New York chutait après le vote: le Dow Jones perdait 4,75% (soit plus de 500 points), et le Nasdaq 6,90%.

Dans les travées de l'assemblée des représentants, pleine à craquer, certains élus stupéfaits contemplaient les votes négatifs qui s'alignaient contre toute attente sur le tableau lumineux. La procédure du vote est restée ouverte bien après les 15 minutes prévues pour permettre des changements de vote, qui ne sont pas intervenus.

La présidente de la Chambre à majorité démocrate, Nancy Pelosi, avait insisté le matin même sur le fait que l'initiative était "bipartite" et devait recueillir également un vote "bipartite" pour rassurer les marchés.

La suite du processus n'était pas déterminée, les responsables démocrates et républicains pouvant encore tenter de réintroduire un texte modifié devant la Chambre, alors que le Sénat est censé voter mercredi et que mardi le Congrès est fermé pour respecter la fête juive de Roch Hachana.

Le président George W. Bush avait reconnu que le vote serait "difficile" alors que le projet de loi n'est guère populaire auprès des contribuables.

Présentation du projet de plan de sauvetage de la finance américaine
©AFP/Infographie

A la tribune, au cours d'un débat vif, certains républicains et démocrates s'étaient retrouvé pour exprimer leur opposition au plan du secrétaire au Trésor.

"On est tout bonnement en train de sacrer le roi Henry", a estimé le républicain John Culberson du Texas, en référence à Henry Paulson.

"C'est une extension du pouvoir fédéral sans précédent, inacceptable, qu'on ne peut pas se permettre, que nos enfants ne peuvent pas se permettre et que nous n'avons jamais vu dans l'Histoire de ce pays", s'est-il indigné. "Prenons notre temps, le temps d'y penser", a-t-il ajouté.

A la même tribune, son collègue démocrate du Texas, Lloyd Doggett a estimé qu'il y avait "une autre solution que cette dépense massive de l'Etat fédéral". "Il manque tant à cette loi. Wall Street ne paye même pas un centime !", a-t-il lancé.

Au fil des négociations, le dispositif Paulson est devenu de moins en moins populaire auprès des contribuables américains, 63% estimant que le gouvernement risquait d'en faire trop pour venir à la rescousse de Wall Street, selon un sondage Rasmussen Reports.


La Bourse de New York accuse une chute historique

NEW YORK (AFP)

  La Bourse de New York a accusé une chute historique lundi après le rejet par la Chambre des Représentants du plan Paulson de sauvetage des banques: le Dow Jones a perdu 6,98%, soit une perte jamais vue approchant les 800 points, et le Nasdaq 9,14%.

La Bourse de Paris a fini sur une lourde chute lundi, le CAC 40 dégringolant de 5,04% pour terminer à son plus bas niveau depuis mai 2005, dans un marché affolé par les nouveaux développements de la crise financière aux Etats-Unis et en Europe.

Le Dow Jones Industrial Average (DJIA) a plongé de 777,68 points à 1O.365,45 points. En termes de points, la plus forte chute de son histoire (684,81 points) avait auparavant été enregistrée le 17 septembre 2001, jour de la reprise des échanges après les attentats terroristes du 11 septembre.

L'indice Nasdaq, à dominante technologique, a cédé 199,61 points à 1.983,73 et l'indice élargi Standard & Poor's 500 8,81% (soit 106,85 points), à 1.106,55 points, selon les chiffres définitifs de clôture.

Déjà déprimée en début de séance, Wall Street s'est enfoncée après le rejet inattendu par la Chambre des représentants du plan de sauvetage des banques qui devait permettre de retrouver un peu de stabilité sur les marchés.

Par 228 voix contre et 205 pour, les représentants ont refusé au secrétaire au Trésor Henry Paulson les moyens qu'il demandait. Près de deux républicains sur trois ont rejeté son plan.

"C'est un mauvais signal envoyé au marché, qui voit le Congrès incapable d'adopter un plan", a estimé Lindsey Piegza, de FTN Financial.

"Cela montre à quel point le marché comptait sur ce plan", a-t-elle ajouté, craignant qu'un projet adopté dans plusieurs jours n'arrive "trop tard".

"Si le projet est effectivement moribond (...) alors le relais sera passé rapidement à la Fed (la banque centrale américaine, ndlr) et aux autres banques centrales pour gérer la crise, ce qui resserrerait davantage les conditions de crédit", a prévenu Brian Bethune, chef économiste à Global Insight.

Et accentuant davantage le sentiment d'urgence, "chaque jour qui passe apporte la chute d'une institution financière" aux Etats-Unis, a souligné Mme Piegza.

Après la faillite de Washington Mutual vendredi, les autorités ont organisé le rachat des activités bancaires de Wachovia par sa rivale Citigroup.

En Europe, la crise s'est brusquement accélérée, poussant à des interventions d'urgence au profit de banques au Royaume-Uni, au Bénélux, en Islande et en Allemagne, signe que les marchés font face "non seulement à une crise américaine, mais à une crise mondiale", a ajouté l'analyste de FTN Financial.

Le marché obligataire a fortement monté. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 3,632%, contre 3,827% vendredi soir, et celui à 30 ans à 4,161%, contre 4,357% la veille.




30/09/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres