Serbie : Victoire Démocratique, et message clair de Poutine

Malgré un relatif succès des forces Identitaires aux récentes élections Législatives en Serbie (29 %), l'avenir reste sombre. Le calendrier imposé par l'ONU ne laisse subsister aucun doute : le 2 février, à peine les élections terminées, sera rendu un rapport prônant un relatif éloignement du Kosovo de la Serbie. Ils ont attendu que les élections soient passées, pour éviter un raz de marée… Poutine veille et rappelle les enjeux : ce qui sera admis ici vaudra aussi pour les Bretons, les Alsaciens, les Basques, les Irlandais… Il mettra son véto si les Serbes sont opposés à la séparation du Kosovo.

Quelques extraits d'articles si dessous.

Roberto

//tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/europe/20070122.OBS7974/les_ultranationalistes_arriventen_tete_aux_legislatives.html?idfx=RSS_notr

…Quelques heures à peine avant la clôture du scrutin, lors d'un sommet avec le président russe, la chancelière allemande Angela Merkel, dont le pays préside l'Union européenne, exprimait elle le vœux que "les forces démocratiques" sortiraient renforcées du scrutin.
Vladimir Poutine avait apporté lui une forme d'encouragement aux nationalistes serbes, annonçant que Moscou rejetterait l'indépendance du Kosovo si Belgrade s'y oppose.
Cette province du sud de la Serbie peuplée à 90% d'Albanais et administrée par les Nations unies a été l'un des principaux thèmes de la campagne. Le médiateur de l'Onu, Martti Ahtisaari, devrait dévoiler dans les prochains jours ses propositions pour son statut définitif.
La plupart des pays de l'UE ainsi que les Etats-Unis sont favorables à une forme d'indépendance du Kosovo, dont ils jugent difficile une réintégration pleine et entière au sein de la Serbie après sept années sous administration internationale.

//www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3214,36-858802,0.html?xtor=RSS-3208

…Plus rien ne s'oppose désormais à la publication du rapport du médiateur de l'ONU sur l'avenir du Kosovo, qui devrait intervenir vendredi 26 janvier. Martti Ahtisaari avait promis d'attendre la tenue des élections législatives serbes, pour éviter le risque d'une polarisation de la campagne autour de cette question cruciale à Belgrade

…et pourraient bien être perturbées par la publication de ce rapport qui devrait prôner une quasi-indépendance pour la province méridionale de la Serbie….

 

//www.armees.com/Personne-en-Serbie-n-assumera-la-responsabilite-d-une-cession-du,15166.html

Le succès électoral remporté par les radicaux serbes ne signifie nullement que Belgrade va modifier sa politique à l'égard de l'Union européenne, écrit Mikhaïl Marguelov, président du comité international du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) dans un article paru dans la livraison de mardi de la Rossiskaïa gazeta.

Les partis démocratiques pro-européens disposent d'une majorité à la Srebrenica (parlement). Une circonstance qui d'ailleurs complique plus qu'elle ne facilite la tâche des partisans de la séparation du Kosovo.

De l'avis des observateurs, en Serbie aucune force politique n'est disposée à assumer la responsabilité d'une cession de la province…

Dans beaucoup d'Etats européens les partisans de l'autodétermination nationale attendent avec impatience le "dénouement kosovien". Ce sont les Corses, les Bretons et les Alsaciens en France, les Flamands en Belgique, les Gallois et les Ecossais en Grande-Bretagne, les Basques, les Catalans et les Galiciens en Espagne. Outre-Atlantique, ce sont les partisans de la sécession au sein de la province canadienne du Québec.

La position officielle de la Russie au sujet du Kosovo a été confirmée par le président Vladimir Poutine au cours de la rencontre qu'il vient d'avoir à Sotchi avec la chancelière allemande, Angela Merkel. La Russie préconise une approche universelle du règlement des problèmes de ce genre, où qu'ils surgissent, y compris dans l'espace postsoviétique.

 

//fr.rian.ru/world/20070123/59580383.html

…Comme l'a rappelé la diplomate, le 26 prochain, à Vienne, le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU pour le Kosovo, Marti Ahtisaari, présentera son projet de solution de la question du statut du Kosovo aux représentants du Groupe des Six dont les Etats-Unis, la France, l'Allemagne, la Fédération de Russie, l'Italie et la Grande-Bretagne font partie.

"Le 2 février prochain, ce document sera remis aux autorités de Belgrade et de Pristina pour que les parties au conflit puissent exprimer leur opinion sur cette question précise, car Belgrade et Pristina peuvent évidemment ne pas approuver toutes les dispositions du document", a raconté Mme Kurjak.

La diplomate a exhorté la communauté internationale à donner à la Serbie une chance de former un nouveau gouvernement et ce, avant d'entamer une discussion sur le statut du Kosovo.

"Il va sans dire que tout ce que ce document renfermera ne répondra pas aux intérêts de la Serbie…



02/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres