Rivarol : Presse résistante

RIVAROL, 56 ANS DE MIRACLE PERMANENT

RIVAROL, lancé en janvier 51 par l’équipe fondatrice de la revue “Ecrits de Paris” à laquelle s’étaient joints les jeunes loups Antoine Blondin, Julien Guernec (François Brigneau) et Maurice Gaït, va passer en ce mois de janvier 2007 le cap des cinquante-six ans. Comment un hebdomadaire dépourvu de toute publicité, exclu des aides publiques et persécuté par la Justice pour son anticonformisme et son culte de la vérité a-t-il pu parvenir à un tel âge alors qu’ont disparu tant de journaux politiques comme “L’Unité” socialiste ou “L’Evénement du jeudi”, et que malgré d’énormes injections de capitaux privés et publics, “Libération” et “L’Humanité” sont en redressement judiciaire ?

Sans doute grâce à l’attachement de ses lecteurs, parfois de “dynasties” de lecteurs, à un journal qui s’est voué depuis plus d’un demi-siècle au combat contre l’imposture, la désinformation, les puissances établies et pour la sauvegarde de notre mémoire. Cinquante-six ans de révisionnisme tous azimuts qui n’ont pas émoussé les griffes et les dents d’une équipe (dirigée depuis 1983 par Camille Galic) toujours renouvelée. Et toujours redoutable aux yeux de l’anti-France comme en témoigne la douzaine de procès intentés ces dernières années par le Mrap, la Licra, la Ligue des Droits de l’homme et autres lobbies, dans le but proclamé de ruiner ce journal trop attaché à la survie du monde occidental et de la civilisation helléno-chrétienne, et de le faire disparaître.

Malgré procès, saisies, attentats, incendies, RIVAROL a cependant résisté et depuis une quinzaine d’années, il accroît même son audience, qu’il s’agisse de la vente en kiosques ou par abonnements, dans une époque où la “galaxie Gutemberg” ne cesse pourtant de céder du terrain au multimédia. Et, chose plus étonnante encore, son lectorat a progressé non seulement en France mais aussi à l’étranger, et dans des pays non francophones. De l’Australie à la Finlande, notre journal est acheté, lu et apprécié ! Grâce à sa verve polémique mais aussi à son souci de l’information, avec les dessins de Chard, les plus percutants (et les plus poursuivis) de la presse européenne, les éditoriaux, les chroniques de Claude Lorne, de P.-L. Moudenc et de Patrick Laurent, les articles de Jérôme Bourbon, Jean-Paul Angelelli, Pierre-Patrice Belesta, Petrus Agricola, René Blanc ou Jim Reeves, qui vous montrent avec une ironie dévastatrice le dessous des cartes.

Bienvenue au club des mal-pensants et fiers de l’être!

 

http://www.rivarol.com/

 



14/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres