Renoncer au Kosovo ?

Texte de Miodrag Janković, publié dans le numéro 34 de la revue de Terre et Peuple

 

 

« On requiert maintenant de la Serbie  qu’elle renonce au Kosovo-Métochie », c’est l’exigence  des Etats-Unis et de l’Union Européenne, même si la Russie s’oppose activement aux diktats des Occidentaux ».

 

Les Etats-Unis font pression et menacent. Ce qui est capital c’est que l’Europe propose à la Serbie, au cas où celle-ci l’accepterait, de lui retirer une partie de son territoire pour former un nouvel Etat albanais dans les Balkans.

 

 La Communauté européenne propose par ailleurs :

 

1.  la destruction du patrimoine européen et celui des Serbes en particulier, la barbarie moderne avec de nouvelles possibilités d’extermination douce, la disparition programmée des différentes communautés, la fin de la famille, la destruction de la Morale, l’anarchie spirituelle. L’Europe  n’offre en aucun cas la liberté, l’égalité, la vérité, la paix et la prospérité mais la libération des instincts sauvages et le basculement dans la perfidie.

 

2.  La vie, comme un jeu de hasard,  sera fondée sur des paris.

 

3.  La vie sans le salut ; un nombre encore plus grand d’avortements.

 

 

La Communauté européenne est comme FAUST, c’est Dorian GREY.

 

C’est le modèle de l’exploitation de la vie.

 

On  exige de la Serbie de tout accepter et d’entrer rapidement dans l’Union Européenne où l’on peut déjà constater le manque d’Etre autrement dit le manque de foi.

L’Europe incite la Serbie à se joindre à sa croisade contre l’Esprit. C’est pour cela  qu’elle demande à la Serbie de renoncer à son patrimoine culturel au Kosovo et Métochie – à sa civilisation orthodoxe fondée par la dynastie des « Nemanjic »

 

L’Europe propose à la Serbie sa culture. Mais de quoi s’agit-il ?

On renifle déjà  à Belgrade la puanteur du cadavre de la culture européenne, mais aucune nouvelle culture européenne n’est en vue. L’Europe propose à la Serbie sa civilisation de paillettes. Ses anomalies. Afin d’avoir le droit de vivre dans une telle Europe, la Serbie doit avant tout, renoncer à ses traditions, et limiter au minimum sa foi orthodoxe.

 

L’Europe est un bateau ivre.

Un lieu où ne règne pas l’Esprit. Et quand l’Esprit ne règne pas, peut importe ce qui règne : c’est un usurpateur.

 

C’est pour cela que non seulement elle ment et se ment à elle-même mais aussi qu’elle a pour but de convaincre les autres qu’elle est dans la vérité.

 

La civilisation européenne n’existe plus, elle est tombée, et maintenant l’Europe veut convaincre la Serbie que sans elle le danger la menace…

L’Europe proclame, à tous ceux qui veulent l’entendre, que l’Humanité ne survivra que si le concept européen est accepté.

 

Quel mensonge ! L’humanité n’existe pas. L’essentiel c’est l’homme. Et le danger ne menace pas l’homme. Tout comme, le danger ne menace pas les Serbes même s’ ils connaissent la crise depuis des décennies.

 

Au travers de Javier SOLANA l’Europe  intime à la Serbie de se conformer à ses demandes.

Mais les Serbes savent que cette soumission signifie se salir.

L’asservissement est impardonnable.

SOLANA demande aux serbes d’accepter le plus haut degré de sottise : de ne plus avoir leur place dans leur propre pays, vivre sans toit. Devenir des émigrés dans leur propre pays.

 

L’Europe de FAUST nous propose une vie sans substance.

Elle nous propose, comme à tous en Europe, de boire à notre soif.

 

Et nous les serbes, que ressentons-nous ?

Nous sommes nés dans cette époque et nous devrons parcourir notre chemin fièrement. Il n’y a pas d’autres possibilités que de rester à sa place, même sans espoir.

 

 

Nous savons que la vie ne se mesure pas en vivant. Car l’éphémère ne se mesure pas par le temps passé. Nous pouvons nous repérer seulement par rapport à la tradition, sur notre passé serbe. Notre mesure c’est nos ancêtres.

 

La guerre en Europe peut éclater à n’importe quel moment, mais si elle n’éclate pas  cela peut être pire.

 

Comment croire en l’Europe ?

 

L’Europe accepte comme sa vérité les sommations des Albanais du Kosovo et Métochie. L’Europe sait très bien que le déferlement des  Albanais du Kosmet est le résultat d’une polygamie (droit des hommes sur plusieurs femmes) dans une communauté où la femme a  autant de valeur que 20 moutons.

 

C’est à cause de tout cela que l’Europe est, comme l’a dit MALARME  :  l’échec pour l’éternité.

 

La Serbie est aujourd’hui dans la même situation  que celle où se trouvait Saint Jean. Il savait ce qu’il voulait et il ne se laissait pas faire. Il attendait que s’achève le jugement dernier.

 

Et la Serbie sait ce qu’elle veut et ne se laissera

 Pas faire

 

Miodrag Janković

Belgrade. Décembre 2007

 



12/01/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres