Le Peuple Grec refuse de payer les usuriers !


Comment réagirait le peuple de France si ses "nouvelles élites dirigeantes" lui annonçait le gel des retraites publiques et privées...

Cela sans compter les autres mesures pour "taxer" toujours plus le peuple, ou lui imposer des économies, qui auront de toute façon, de lourdes conséquences sur le marché intérieur (hausse de la tva à 21 %, gel des mois complémentaires de salaire des fonctionnaires...)

Au fait toutes ces mesures pour faire quoi ???

Mais pour camoufler les magouilles bancaires organisées (avant et pendant ) par un des ténors de la finance Mondiale, en totale complicité avec des élites politiques vendues  : Goldman Sachs la maudite ! Oui, maudite soit-elle, elle et tous ceux qui dans leurs esprits tortueux sont sources de cette pourriture financière !




Car on veut saigner le peuple Grec, et bientôt tous les autres aussi (l'Islande doit se prononcer le 6 mars par référendum Populaire, pour un remboursement ou pas, de ses dettes à des banques Anglaises et Néerlandaises...).

Mais ne soyons pas dupes, l'Europe, dont les élites ont trahis encore plus qu'ailleurs, est au cœur du cyclone.
Nous sommes tous des Grecs en puissance !


Grâce à l'annonce des mesures d'économies du Gouvernement Grec, les "marchés" rassurés, réagissent positivement : entendez ils achètent massivement
une dette Grecque (15 milliards proposés par les marchés pour 5 demandés dans un premier temps par le gouvernement Grec ! )

Pourquoi cet attrait des marchés sur un pays pourtant peu fiable et qui semble à l'agonie ?

Tout simplement car le fait de répéter
massivement (merci les agences de notations, fidèles alliées des banques US) dans les médias que la "note" de fiabilité du pays allait se dégrader, a eu pour conséquence que les taux demandés par les éventuels préteurs ont grimpé sur les marchés !

il faut bien rémunérer le risque mon bon Monsieur ! Rémunérer le risque oui, quand il est créateur d'emploi, et fait vivre une Communauté de Destin, pas quand il dépouille les Hommes et ne sert que quelques uns.

Conséquences directes, la Grèce emprunte à un taux deux fois plus élevé que celui de l'Allemagne. Rectification :  cela coute le double en intérêts, à ceux qui doivent s'en acquitter (le peuple).

Mais une dette qui rapporte aussi aux vautours : 6,4 % est le taux pratiqué par les marchés pour prêter à ce pays, contre 3 % pour l'Allemagne.



la Grèce cherche des taux plus bas
envoyé par Resistance_Identitaire.



La cupidité et la capacité de manigance de ces rapaces là est sans limite, et comme toujours, c'est lorsqu'elle devient trop visible que nos peuples confiants comprennent l'arnaque dont ils sont victimes !

Le destin a choisi la Grèce comme première cible, mais le peuple commence à se révolter massivement (succès de la première journée de grève générale, et les hostilités commencent à peine !).

Si ce gouvernement Grec venait à être balayé, les escrocs ont pouvoirs feraient tout pour que leur dette soit honorée, et tenteront une nouvelle fois de mettre des pantins au pouvoir.

A moins que la révolte soit violente, et qu'une sortie du Système Monétaire Européen, par la Grèce, soient envisagée.



La Grèce refuse de payer les usuriers !
envoyé par Resistance_Identitaire.


Je n'ai pas de boule de cristal, alors attendons la suite, mais ce qui est certains, c'est que dans les sphères économiques, on ne parle plus de sortie de l'Euro pour la Grèce, mais de sortie du SME (
Système Monétaire Européen). Nuance...

Quand ces gens jouent avec les mots, c'est qu'ils savent que le vent tourne, et qu'il ne faut pas menacer l'édifice essentiel de leur dispositif d'asservissement des peuples :  l'Euro !

Roberto


PS : même si l'Euro à certains égard aura permis de commencer à faire chuter le Dollar US.



Les grecs dans la rue contre le plan d'austérité


Le chef de la principale confédération syndicale grecque aggressé par un groupe de jeunes lors d'un discours devant le parlement : un signe probant du malaise grandissant qui s'est emparé d'un pays mis à genoux par la crise.

Alors que les parlementaires votaient les sévères mesures d'austérité décidées par le gouvernement Papandréou, 12.000 personnes exprimaient leur colère dans les rues d'Athènes, la plupart pacifiquement, mais des incidents ont opposé les forces anti-émeutes à certains manifestants violents. Plusieurs personnes ont été interpellées.

Des incidents ont également eu lieu à Salonique, dans le nord de la Grèce, où 3000 personnes ont manifesté.

Certaines mesures attisent plus particulièrement les frustrations, comme la hausse de la TVA ou encore le gel des retraites. Les centrales syndicales du public comme du privé ont appelé à une grève nationale de 24 heures le 11 mars.

Les débrayages observés aujourd'hui ont paralysé le pays : écoles, banques et commerces affichaient porte close et une soixantaine de vols ont été annulés à l'aéroport d'Athènes.

Copyright © 2010 euronews


http://fr.euronews.net/2010/03/05/les-grecs-dans-la-rue-contre-le-plan-d-austerite/




06/03/2010
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres