Langues régionales : QUAND LE SÉNAT ET L'ACADÉMIE FRANÇAISE SE FOURVOIENT...

QUAND LE SÉNAT ET L'ACADÉMIE FRANÇAISE SE FOURVOIENT...

Il déplaît souverainement au Mouvement Normand de devoir reconnaître que des institutions respectables comme le sénat ou l'Académie Française font assaut de sottises, obnubilées qu'elles sont par une conception fanatique et forcenée d'une forme d'État totalitaire que l'on nomme "République une et indivisible".

Affirmant que la France n'a pas dit son dernier mot dans une Europe qui se cherche et se cherchera encore longtemps, ayant de la révérence pour l'État-Nation, garant d'un vouloir-être collectif, éprouvant une admiration sans bornes pour la langue française "officielle", "académique", issue, faut-il le rappeler? , de différents parlers de langue d'oïl, parmi lesquels les parlers normands occupent une place essentielle, le Mouvement Normand - qui a toujours récusé les séparatismes, "ces jacobinismes au petit pied" - ne peut être suspect de complaisances à l'égard de ceux qui, par nationalitarisme dérisoire et exacerbé, voudraient la dislocation de la France. Nous avons toujours dit que "la Normandie est terre de France et entend le demeurer" (Philippe Woodland), ce qui nous permet aujourd'hui de dénoncer la contre-vérité de l'Académie Française prétendant, contre l'évidence, que les langues régionales ne font pas partie du patrimoine de la nation et la faute - pire qu'un crime contre l'intelligence - du Sénat refusant la reconnaissance des dites langues régionales dans la Constitution française.

Il s'agit d'une résurgence déplacée du jacobinisme le plus étroit, qui se crispe sur une position dogmatique, à la limité de l'ignorance la plus crasse de la réalité.
Cette réalité, quelle est-elle?

En France métropolitaine, y compris la Corse bien entendu, et dans la plupart des D.O.M.-T.O.M., la langue française est comprise et utilisée par tous les citoyens. Certains utilisent concurremment des parlers locaux, mais on ne trouve plus de locuteurs de langues régionales qui ne comprennent que celles-ci. La "victoire" du français administratif est totale, renforcée d'ailleurs par les médias audiovisuels. Il n'y a aucune comparaison à faire avec des États plurilingues comme la Belgique ou la Suisse, pas plus qu'il n'y a de craintes à voir, comme aux États-Unis par exemple, l'espagnol des habitants d'origine latino submerger l'anglais des premiers colons W.A.S.P.
Il faut que cela soit dit et répété: il n'est nul besoin en France de préconiser l'utilisation d'une langue régionale dans les tribunaux ou l'administration, pratique qui exclurait l'usage du français: un minimum de compréhension et de considération à l'égard d'une infime minorité peu au fait du jargon juridique suffirait.

C'est ce qui nous a fait prendre position au Mouvement Normand - car cela fait des années que nous nous exprimons à ce sujet! - contre la ratification de la Charte Européenne des Langues par la France, car la dite Charte faisait obligation de traduire tous les actes officiels en langues régionales. C'est excessif et, le plus souvent, superfétatoire. Comme on peut le constater, au Mouvement Normand, nous défendons une ligne originale, que nous allons rappeler ci-après.

1. Toute langue, qu'elle soit nationale, internationale, hégémonique ou minoritaire, est égale en dignité. C'est l'expression d'une population et elle véhicule une identité, un héritage, une évolution linguistique. À ce titre, c'est un PATRIMOINE qu'il convient de respecter, de sauvegarder, de faire connaître, d'enrichir, d'enseigner.

2.
En ce qui concerne la France, il y a lieu de considérer plusieurs types de langues:
- Les langues enracinées d'une part (Celles qui sont notamment attestées par la toponymie), les langues communautaires des populations allogènes, d'autre part.
- Les langues "franciennes", qui se partagent en langues d'Oïl et langues d'Oc, d'une part, et les langues alloglottes (Flamand, Breton, Basque, Catalan, Corse, Alsacien, Francique), qui relèvent d'autres aires linguistiques.

3. Le Mouvement Normand considère que toutes les langues enracinées sur le territoire métropolitain de la République sont "françaises". En tant que telles, l'État doit les reconnaître et aider à leur promotion, de la même façon que l'État a la mission de protéger le patrimoine monumental et artistique.

4. En ce qui concerne les langues parlées dans les D.OM.-T.O.M., l'État se doit aussi de les reconnaître et de les promouvoir, qu'elles soient "créoles" - donc françaises d'origine - ou amérindiennes, mélanésiennes ou polynésiennes.

5. Quant aux langues communautaires (Arabe, Kabyle, Yiddish, Rom, Arménien, Chinois, Polonais, etc...), elles doivent être considérées avec respect et l'État doit permettre - en accord avec les représentants des dites communautés leur diffusion, voire leur enseignement .

6. Nous n'entrerons pas dans la querelle de l'enseignement des langues par immersion ou non. Les écoles Diwann (en Bretagne), Iskastolas (en Pays Basque), etc., peuvent être des solutions... à encourager financièrement comme n'importe quel établissement scolaire, même s'il nous paraît plus judicieux un enseignement de langues régionales dès le plus jeune âge, concurremment avec le français "officiel".

7. L'enseignement des langues et cultures régionales d'ores et déjà prévues par les textes doit être la règle et non pas l'exception. Il est anormal qu'en Normandie la part de cet enseignement soit à ce point congrue... par mauvaise volonté des autorités académiques, par l'incapacité d'un corps enseignant trop souvent d'origine extérieure à la Normandie.

Le Mouvement Normand réclame donc l'application en Normandie des dispositions permettant l'enseignement des parlers et de la culture normande.
De même, et pour en revenir à l'absurde méfiance du Sénat et de l'Académie française, il faut que la Constitution reconnaisse à la fois l'utilisation du français officiel et académique comme langue d'usage et l'existence des langues et parlers régionaux, partie intégrante du patrimoine linguistique de la France.

Pour le Directorat Pourpre (Problèmes culturels et identitaires) du Mouvement Normand
Emma DAVESNE



17/07/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres