La résignation des vaincus, la tentation du désespoir et le communautarisme gaulois

La résignation des vaincus, la tentation du désespoir et le communautarisme gaulois

 

Il n’est pire poison que la résignation. Ce poison a été inoculé dans les veines de la plupart des Français d’origine européenne, pour les convaincre que l’immigration était un fait irréversible, donc contre lequel il n’y a rien à faire : «ils » sont là, « ils » ne partiront pas, donc il faut faire avec…Tiennent ce discours, désormais, même ceux qui, pour assurer leur carrière politique, se sont posés, dans une autre vie, en adversaires de l’immigration.

Ce discours de résignation fait, de ceux qui l’acceptent, des vaincus. Des soumis, de parfaits futurs dhimmis. Il peut, aussi, conduire au désespoir ceux qui refusent la soumission mais ont le sentiment de se retrouver, aujourd’hui, totalement seuls. Abandonnés. Trahis. Alors, à quoi bon essayer de se tenir encore debout ? Il n’y a plus qu’à se coucher au bord de la route, en attendant la fin. La fin d’un pays en lequel on a cru, qui s’appelait la France. Et qui va mourir. Mais n’est-ce pas la sanction, la juste sanction, de l’Histoire, impitoyable aux faibles, aux renonçants, aux masochistes ?

De fait, se dire Français n’a plus, aujourd’hui, aucune signification pour un Gaulois, qui s’entend dire que beurs et blacks sont tout aussi français que lui. C’est donc dans son identité gauloise, européenne, blanche que celui qui refuse la tentation du désespoir doit trouver aujourd’hui des raisons d’espérer. Pour lui, en effet, une voie, une seule, existe pour qu’il y ait encore un destin possible : se regrouper, avec ceux de son sang qui refusent la résignation, afin de constituer des cellules, des groupes, des communautés identitaires. Dont les membres aient pour souci permanent de pratiquer entre eux une solidarité active, dans tous les domaines (vie familiale, professionnelle, sociale). EN EFFET NOUS NE DEVONS COMPTER DESORMAIS QUE SUR NOUS-MÊMES puisque que « quand tous trahiront nous demeurerons fidèles ». Nous ne reconnaissons qu’une loi : celle que nous nous sommes donnée, celle de la fidélité aux nôtres. Ceux-là seuls comptent. Les autres peuvent crever.

Le seul avenir possible pour nous, donc, c’est le communautarisme gaulois. TERRE ET PEUPLE A NATURELLEMENT VOCATION A ÊTRE L’UN DES ARTISANS D’UN MOUVEMENT COMMUNAUTARISTE GAULOIS.

 

                                                                                              Pierre Vial



05/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres