La guerre monétaire engagée par la Chine !

 

 

Diabolique : la Chine dresse l'euro et le yen contre le dollar, et rafle la mise !
Isabelle Mouilleseaux

Historique ! ce qui ce passe en ce moment sur les devises.

Pékin est en train d'amadouer les Américains, de détruire l'euro et le yen, pour empocher les bénéfices de la dépréciation du dollar sur les marchés internationaux ! Du Sun Tzu à la puissance machiavélique...

Suivez bien mon raisonnement. Il va vous permettre de comprendre les grandes forces en présence, et la stratégie chinoise pour les mois et les années à venir.

Un pays à deux moyens de créer de la richesse
 Soit sa consommation intérieure est forte et tire la croissance (c'est le modèle américain et français : 70% de leur PIB vient de là).

 Soit c'est la demande extérieure (les exportations) qui crée la croissance (c'est le modèle japonais, allemand et chinois).

Les modèles assis sur la consommation interne sont au bord de l'asphyxie
Sachant que :

 Les Etats occidentaux sont surendettés ;

 Et que les ménages exsangues sont pris en étau entre le chômage qui atteint des sommets, la retraite à préparer et les dettes à rembourser ;

Inutile de vous dire que les modèles de croissance assis sur la consommation intérieure sont au bord de l'asphyxie.

Conséquence : tous les pays cherchent la croissance à l'extérieur, via l'exportation
L'OMC prévoit une hausse de +13,5% du commerce mondial en 2010. Jamais, absolument jamais nous n'avions vu une telle progression des échanges internationaux depuis 1950 !

En clair et sans décodeur : le gâteau est énorme, et l'objectif numéro 1 des Etats va être d'en rafler la part la plus grande possible.

Le commerce international est un formidable accélérateur de croissance du PIB ; il va se transformer en champ de bataille géant.

Et à votre avis : comment fait-on pour doper ses exportations ?
On se rend compétitif !

Et pour se rendre compétitif, le moyen le plus rapide et le moins douloureux est encore de déprécier sa monnaie par rapport à la monnaie des compétiteurs.

Ainsi, vos produits sont moins chers par rapport à ceux des concurrents, et vous raflez les commandes sur les marchés internationaux. C'est aussi simple que cela.

Euro, yen, dollar, yuan : même combat. La course folle à la dépréciation commence...
Tous les Etats s'engouffrent dans la stratégie de dépréciation monétaire. La course folle à la dépréciation commence...

 Pourquoi croyez-vous que la Banque centrale japonaise intervient sur les marchés des changes à coups de milliards de dollars pour lutter contre la hausse de son yen ?

Pour sauver ses exportateurs et sa croissance !

 Pourquoi croyez-vous que les Etats-Unis crient haro sur la Chine dont le yuan est surévalué par rapport au dollar ?

Parce qu'Obama a comme objectif de doubler les exportations américaines en 5 ans (et freiner les importations en provenance de Chine). La croissance américaine passe par la dépréciation du dollar et l'appréciation du yuan.

 Pourquoi croyez-vous que l'Allemagne affiche un taux de croissance annualisé de 9% l'an au second trimestre ?

Parce que l'euro a connu une chute libre au premier semestre, ce qui a dopé ses exportateurs et son PIB. La croissance de la zone euro a été sauvée par la chute de l'euro ! Comme disait Joséphine : Pourvou que ça dour...

 Pourquoi croyez-vous que Pékin refuse de franchement relever son yuan largement sous-évalué, et toujours lié au dollar ?

Parce qu'elle aussi a besoin d'exporter pour soutenir sa croissance. Et qu'elle veut le leadership sur le commerce international.

Tout le monde veut la même chose. Mais la Chine à une longueur d'avance
La Chine la joue très fine. Avec une stratégie très impressionnante : amadouer les Américains, détruire l'euro et le yen, et empocher les bénéfices de la dépréciation du dollar sur les marchés internationaux. Rien que ça.

Je m'explique.

La suite ci-dessous...



Comment dégommer ses trois adversaires et remporter le pactole ? 


Isabelle Mouilleseaux

La suite...

La Chine déclare la guerre au yen, avec tacite consentement des Etats-Unis !
Le yen grimpe, malgré les efforts de la Banque centrale japonaise pour contrer le mouvement.

Le yen grimpe parce que la Chine veut voir le yen grimper : elle s'est mise à acheter du yen (obligations d'Etat nippones), contre le dollar.

Conséquence ?

1. Les Américains apprécient ! Leur dollar baisse, c'est bon pour leurs exportations. L'équipe Obama va enfin pouvoir dire aux Américains que ses efforts pour "amadouer la Chine et son yuan" ont porté leurs fruits.

N'oubliez pas : les Américains ont tenté de relancer leur économie par tous les moyens. "4 000 milliards de dollars injectés dans le système économique et financier américain pour n'obtenir que 200 milliards de dollars de PIB supplémentaires", nous dit Philippe Béchade.

Tout a échoué. La seule arme qui leur reste est la baisse du dollar. Croyez-moi, ils laisseront faire, sourire en coin.

2. Les Japonais sont piégés : ils ne peuvent rien contre les 2 400 milliards de dollars de réserves chinoises. Même s'ils sont assis (de mémoire) sur quelques 1 000 milliards de dollars eux aussi...

Pire : alors que la Chine peut acheter des obligations japonaises pour faire grimper le yen, les Japonais ne peuvent pas acheter des obligations chinoises pour contrebalancer la tendance ! La réciprocité n'existe pas. La Chine se bat contre le Japon avec des armes dont celui-ci ne dispose pas.

Situation hautement insupportable pour tout nippon qui se respecte ! La Chine peut détruire l'économie japonaise à petit feu et rafler la mise sur le continent asiatique. Tranquillement. Le Japon est pieds et poings liés. Désarmé.

3. Le yuan, lié au dollar (via le "peg") se déprécie avec le dollar. Tout bénéfice pour la Chine !

Summum de l'hypocrisie : la Chine va réévaluer un tout-petit-petit peu son yuan contre le dollar. Pour définitivement "bâillonner" les Etats-Unis.

Mais le cette réappréciation sera tellement minime par rapport à la dépréciation du dollar et l'appréciation du yen que cela ne gênera en rien la Chine sur les marchés internationaux.

Pas de doute : La guerre des monnaies est ouverte.

Grave dégât collatéral calculé : la Chine va faire grimper l'euro
Ce qu'il faut absolument comprendre, c'est que chaque Etat pilote sa monnaie.

La Fed pilote le dollar ; Pékin le yuan ; la Banque centrale japonaise son yen.

Et l'euro ?

Et bien justement : il n'est piloté par personne !

Conséquence : il évolue au gré des décisions prises par les trois autres Etats clés. Livré aux flux et reflux des marchés.

L'équation qui tue :
Réfléchissez un instant.

La Chine veut faire baisser le dollar, et par conséquent le yuan.

La Chine veut faire monter le yen.

Sachant que l'euro/dollar et l'euro/yen sont, avec le dollar/yen, les trois parités les plus travaillées de la planète, que va-t-il à votre avis se passer ?

Je vous le donne dans le mille : l'euro va automatiquement grimper. Mécaniquement.

En résumé :
Maintenant, vous savez comment la Chine à l'intention de faire d'une pierre quatre coups : dégommer ses trois adversaires et remporter le pactole du commerce international, impressionnant démultiplicateur de croissance.

La Chine pourrait bien réussir un coup de maître. Car les bénéfices de la dépréciation du dollar iront directement dans sa poche. Et pas dans celle des Américains... contrairement à ce qu'ils croient.

Mon avis sur les grandes tendances à venir ?
Si Pékin s'obstine dans sa stratégie, l'euro devrait grimper. Et le dollar baisser.

Le yen va-t-il poursuivre sa hausse ?

Attendez. Les Japonais ont encore deux armes pour inverser la tendance et faire baisser leur yen : le quantitative easing, et l'exportation de yens à l'étranger (il faut faire sortir du pays l'excédent d'épargne). C'est à leur portée.

Et si l'aversion au risque continue à se dissiper, ce serait un poids supplémentaire dans la balance pour contrer la stratégie chinoise.

La bataille ne fait que commencer...

A plus court terme, voici que faire :
 Jouez la hausse de l'EUR/USD :

"Techniquement, la paire teste actuellement la résistance à 1,3140/1,3150", nous dit à l'instant Jérôme Revillier, rédacteur de FxProfitTrader. "En cas de franchissement, la paire devrait aller tester 1,3260 puis 1,3500 qui correspond à la zone de retracement des 50% de la baisse initiée depuis fin 2009."

 Sur le yen :

Mon ami Vincent Ganne, stratégiste chez IGMarkets, confirme :

"A court terme, le yen devrait encore pouvoir baisser légèrement. "Les paires USD/JPY et EUR/JPY n'ont pas encore atteint leurs résistances majeures. Mais le potentiel de progression n'est pas très important (Cette analyse converge avec la configuration du GBP/JPY avec une cible à 136,30 yens)".

"Mais à long terme, c'est la conjonction de ces résistances majeures qui laissent peu d'espoir au scénario d'une dépréciation du yen", nous dit Vincent. "86,58 yens pour un dollar, 115 yens pour un euro et 136,30 yens pour une livre sterling sont une véritable épée de Damoclès, un couvercle difficilement franchissable à court terme".

A la question "le yen a-t-il fait ses points hauts ?", l'analyse technique répond par la négative. Pour le moment..."

Voilà. A vous de jouer !

En attendant, restez à l'écoute.

 

Isabelle Mouilleseaux,



29/09/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres