L'Avenir prend racine dans le Présent

Et inéxorablement ils en appellent à l'immigration, au lie de favoriser la natalité !!!

(en pièce jointe le rapport de la Dares sur les prévisions d’évolution de l’emploi de 2005 à 2015)

Menace de pénurie de main-d'oeuvre sur la France

 Emploi La France connaîtra d'ici à dix ans une grave pénurie de main-d'oeuvre, selon une étude du Plan. Le bouleversement démographique n'impliquera une baisse du chômage que s'il est anticipé et accompagné.

F.-X. B.

[08 décembre 2005]

C'EST l'un des leitmotive de Jean-Louis Borloo, c'est désormais une prévision mesurée précisément. Le ministre de la Cohésion sociale, qui prévient régulièrement que la France va connaître une «crise de recrutement massif dans trois ans, quand l'effet démographique des départs à la retraite va jouer», voit ses mises en garde confortées par une étude du Plan et de la Dares publiée hier.


Selon l'organisme, de très nombreux emplois seront à pourvoir d'ici à 2015, en raison de l'arrivée à l'âge de la retraite des générations du baby-boom. «80% des postes à pourvoir seraient consécutifs à des départs en fin de carrière», estime le Plan.

Parmi les métiers qui risquent de connaître demain les plus importantes pénuries de main-d'oeuvre, on trouve les assistants maternels et les aides à domicile, ces derniers étant appelés à se développer largement en raison du vieillissement de la population. Arrivent ensuite les métiers de l'enseignement, les cadres administratifs et les dirigeants. Au total, 15 métiers vont regrouper à eux seuls la moitié des postes à pourvoir. D'autres, en revanche, sont amenés à décliner. Ainsi des métiers industriels, des exploitants agricoles, des petits commerçants ou des artisans.


Les chiffres de l'étude donnent à eux seuls une idée de l'ampleur du phénomène. Avec une croissance de 2% par an sur la période 2005-2015, et un taux de chômage à 7,5% d'ici à 2012, «le nombre de départs de l'emploi serait de 600 000 par an et les créations nettes d'emplois de 150 000 par an». Soit un potentiel de 750 000 postes à pourvoir chaque année.

Recours à l'immigration ?


Mais, contre toute attente, ce bouleversement démographique ne se traduira pas forcément par une baisse du chômage. Faute de «mesures actives d'accompagnement des entreprises et des personnes pour anticiper les tensions à venir», la France peut basculer dans un «scénario noir où un chômage élevé coexisterait avec des besoins de main-d'oeuvre». Interrogée sur un éventuel recours à l'immigration pour compenser ces besoins de main-d'oeuvre, la commissaire au Plan, Sophie Boissard, a indiqué que «c'était l'une des conclusions possible mais pas l'objet de l'enquête».


D'où l'appel du Plan aux branches professionnelles et aux entreprises pour qu'elles commencent dès maintenant à améliorer les conditions de travail, développent les promotions internes et favorisent la reconversion des salariés exerçant des métiers menacés. Quant aux pouvoirs publics, le Plan leur demande d'informer au mieux les salariés, les jeunes et les chômeurs des évolutions des métiers. L'Etat est également appelé à favoriser le maintien dans l'emploi des seniors et à aider les entreprises à évaluer leurs besoins de recrutement.


Sur beaucoup de ces points, Jean-Louis Borloo a déjà entamé le travail. Le développement des métiers de services à la personne s'inscrit ainsi dans cette optique. La création des contrats d'apprentissage et des contrats de professionnalisation vise également à préparer le basculement démographique. En regard de la mise en garde du Plan, beaucoup reste à faire.

 



07/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres