L'argent par Maurice Bardèche

L'argent par Maurice Bardèche


L'ennemi est l'argent. Le règne de l'argent est le règne de l'étranger; il est aussi le règne du ventre. La première chose que nous avons à dire c'est que la valeur d'un homme ne se compte pas en dollars, ni la puissance d'une nation en chiffre d'exportations. Au-dessus de l'argent, nous mettrons l'homme; au-dessus du chiffre des ventes, nous mettrons la discipline et l'énergie. Dans la société que nous voulons, le marchand doit être comme dans l'Inde, d'une caste grasse, mais peu honorée. Au-dessus, il y a le soldat, le militant, le travailleur. Au-dessus de lui, il y a tous les gens qui font quelque chose pour rien. Car la puissance d'une nation, elle est dans les hommes qui sont prêts à donner pour rien, leur sang, leur vie, leur action pour rien, pour l'honneur. Quand une nation n'a plus de tels hommes, elle cesse d'être une nation, elle n'est plus qu'un conglomérat d'intérêts, une société par actions avec des prisons et des gendarmes.



14/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres