Immigration vers l'Europe : Reprise de la traite négrière

Samedi 10 janvier 2009

Reprise de la traite négrière

C'est un article du Daily Express de Londres du 3 janvier 2009 qui a levé le lièvre. Sous le titre elliptique de "50 millions invités en Europe", il y est question de l'un des aspects les plus tortueux de la politique de l'Union européenne (UE) : la pression à la baisse sur les salaires des Européens par le biais de la traite humaine. La chose est déjà hautement contestable par temps de vaches grasses, mais lorsqu'elles sont maigres... Parce que, n'est-ce pas, la crise est là, avec les maux que chacun sait : faillites, licenciements, chômage, misère... Je traduis.

50 millions invités en Europe

Un centre de l'UE pour le recrutement de travailleurs migrants vers l'Europe vient d'ouvrir en secret dans l'Etat du Cap Vert en Afrique de l'Ouest. Cette agence de recrutement relève de la seconde phase du projet avalisé par Bruxelles d'attirer 50 millions de travailleurs africains supplémentaires pour les installer dans divers pays de l'Union à 27, y compris en Grande Bretagne.

L'agence de Praia, capitale de ce petit Etat insulaire frappé par la pauvreté, suit la création en octobre 2008 d'une agence comparable dans l'Etat du Mali, dans le désert africain. Le projet fait partie d'un plan controversé de l'UE visant à aider les Africains à trouver un travail légal en Europe.

Ces agences fourniront des informations sur les offres de travail dans les Etats de l'UE et dispenseront conseils et formations aux éventuels migrants. Les autorités de l'UE les présentent comme le dispositif pilote des agences qu'elles entendent mettre en place à travers les pays d'Afrique et d'Europe de l'Est.

Mais, alors que des 10aines de milliers d'Européens craignent pour leur emploi en cette période de marasme économique, l'opportunité de ce dispositif visant à attirer une nouvelle vague de migrants en Europe a été récemment remise en question par Nigel Farage, dirigeant de l'UKIP (United Kingdom Independence Party, eurosceptique) : "Que diable avons nous à ouvrir des agences de recrutement en Afrique alors que 400.000 personnes vont perdre leur emploi en Grande Bretagne dans les 6 prochains mois ?".

Matthew Elliot, de l'Association des contribuables, ajoute : "Alors que la recession commence à se faire sentir à travers toute l'Europe et que les populations affrontent les licenciements et le chômage, il est absurde que l'UE gaspille l'argent du contribuable en des projets à ce point inappropriés".

Le projet en question fait partie du grand "Plan pour la mobilité des travailleurs entre l'Afrique et l'Europe" du commissaire européen (UE) Louis Michel. Son initiative a reçu l'aval des dirigeants européens qui croient que la libéralisation du travail aidera à endiguer la marée montante de l'immigration illégale venue d'Afrique.

Le Ministère de l'Intérieur britannique insiste sur le fait que la nouvelle agence de l'UE ouverte ce mois-ci au Cap Vert n'aura pas d'incidence sur la Grande Bretagne...



15/02/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres