Davos avant le g 20


Ils se réunissent avant les gouvernements... Ils ce sont les plus grands patrons de la planète, ceux qui décident et imposent les lois aux politiques...

Le thème de cette année est parlant :

«redessiner le monde de l'après-crise».

Comme Yalta, sauf que la le Monde a vocation à être "Privatisé" !!
!


Davos s'apprête à accueillir plus de 40 chefs d'Etat, un record


    
WEF. La crise financière et la récession seront au cœur du Forum économique mondial, qui accueillera quelque 2500 participants. Leur objectif: imaginer et concevoir l'après-crise.

Philippe Gumy
Jeudi 22 janvier 2009


L'édition 2009 du Forum économique mondial (WEF), qui aura lieu du 28 janvier au 1er février prochain «ne fera pas jaillir de solutions magiques». Klaus Schwab, le président exécutif de la méga-manifestation annuelle des dirigeants globaux, a tenu à tempérer certaines attentes mercredi en présentant à Cologny (GE) le programme détaillé de la 39e réunion, pourtant intitulée «redessiner le monde de l'après-crise».



Reste que, dans un contexte de débâcle financière et de récession mondiale, le Forum, qui attirera 2500 invités issus de 96 pays, joue cette année un rôle inédit. C'est la première fois depuis le début de la crise que les responsables politiques pourront directement confronter leurs idées de changement avec les responsables économiques, syndicaux et des organisations non gouvernementales (ONG), a expliqué Klaus Schwab. L'un des objectifs fondamentaux sera de préparer le terrain aux pays du G20, dont les dirigeants doivent se réunir début avril à Londres pour donner de nouvelles règles à la finance. Autre défi prioritaire: le changement climatique, auquel une conférence mondiale sera dédiée en décembre prochain à Copenhague.

Un nombre record de 43 chefs d'Etat et de gouvernement feront le pèlerinage dans les Alpes suisses pour évoquer ces grands problèmes, alors qu'ils ne sont en général qu'une vingtaine. La liste de ces dirigeants avait déjà largement filtré, mais elle est désormais officialisée. Poids lourd incontesté, le premier ministre russe, Vladimir Poutine, ouvrira la manifestation. Il y croisera la chancelière allemande, Angela Merkel, le premier ministre japonais, Taro Aso, ses homologues chinois, Wen Jiabao, et britannique, Gordon Brown, ainsi que le président mexicain, Felipe Calderon. Par contre, ni le président français, Nicolas Sarkozy, ni son premier ministre, François Fillon, ne feront le déplacement.

Côté américain, la nouvelle administration du président Barack Obama sera en revanche peu présente, pour cause de fraîche transition: le WEF ne pourra compter que sur Lawrence Summers, président du Conseil national économique américain, et sur le général James Jones, conseiller à la sécurité nationale (NSC). Des discussions sont en cours avec Timothy Geithner, qui devrait en principe être nommé secrétaire d'Etat au Trésor.

Moins de banquiers

Côté chefs d'entreprise, les rangs des patrons de banque seront particulièrement clairsemés. Brady Dougan et Walter Kielholz de Credit Suisse ainsi que Marcel Rohner d'UBS viendront certes à Davos, mais pas le président, Peter Kurer. Et il faut particulièrement décortiquer la liste des «business leaders» pour leur trouver des collègues. On signalera tout de même le président de la Société Générale, Daniel Bouton, ou le directeur général de Deutsche Bank, Josef Ackermann.

Parmi les autres «vedettes» à signaler, on remarquera le financier George Soros, l'économiste Nouriel Roubini ou encore le président de Nestlé, Peter Brabeck, un fidèle.


http://www.letemps.ch/template/economie.asp?page=9&article=248268



22/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres