Caricatures de Mahomet : L'Oumma en Action ?

Caricatures de Mahomet : tout s'est noué à La Mecque, selon le "New York Times"

LEMONDE.FR | 09.02.06 | 11h02  •  Mis à jour le 10.02.06 | 13h31 

 

De quoi ont parlé les dirigeants des 57 pays membres de l'Organisation de la conférence islamique (OCI), lorsqu'ils se sont retrouvés au début du mois de décembre 2005 à La Mecque ? La question de l'extrémisme religieux figurait officiellement en haut de l'agenda mais, selon le New York Times, un autre sujet occupait les esprits : les douze caricatures du Prophète Mahomet parues le 30 septembre 2005 dans le Jyllands-Posten, journal conservateur danois. Selon le quotidien américain, ce serait lors de ce sommet que se serait "cristallisée" la fronde contre ces dessins à une échelle internationale.

Le New York Times, dans son édition du 8 février 2005, souligne que le communiqué final du sommet de l'OCI faisait état de "la préoccupation des Etats membres face à une haine grandissante de l'islam et des musulmans, et condamn[ait] les récents cas de profanation de l'image du saint Prophète Mahomet dans les médias de certains pays". Le communiqué dénonçait également "l'utilisation de la liberté d'expression comme prétexte pour diffamer les religions".

L'Iran, la Syrie, entre autres, étaient présents à La Mecque. Selon le quotidien de la côte Est, ce n'est qu'après le sommet de l'OCI que la dénonciation de la publication des caricatures "se fera davantage publiquement, notamment au niveau des gouvernements".

LES ÉVÉNEMENTS SE PRÉCIPITENT

Le New York Times en vient ainsi à préciser la chronologie des événements. A la fin de septembre 2005, quand les caricatures sont publiées pour la première fois, les protestations restent cantonnées au Danemark. La pression commence à monter en octobre, quand des islamistes danois militent auprès des ambassadeurs arabes et que ces derniers militent à leur tour auprès de leurs gouvernements respectifs. Mais "cela n'avait pas vraiment d'ampleur avant que l'OCI s'élève contre les dessins", insiste Mohamed El-Sayed Said, directeur adjoint du Centre Ahram pour les études politiques et stratégiques du Caire, cité par le quotidien américain.

Ensuite, les événements se précipitent. Les condamnations se multiplient, de la part de gouvernements arabes et d'organisations islamiques. Le 10 janvier 2006, un quotidien norvégien reproduit les douze caricatures à l'origine de la polémique. Le 26 janvier, l'Arabie saoudite rappelle son ambassadeur au Danemark, bientôt imitée par la Libye. Des  imams saoudiens commencent à appeler au boycottage de produits danois. La polémique s'étend à la quasi-totalité du monde musulman. Depuis lundi 6 février, 11 personnes sont mortes lors de manifestations, en Afghanistan notamment.

Le Monde.fr



05/06/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres