Austérité : bêtise ou ruse des gouvernants ?

Par BRUNO AMABLE professeur de sciences économiques à l'université Paris-I Panthéon- Sorbonne, membre de l'Institut universitaire de France.

 

Il y a deux interprétations possibles de la politique d’austérité actuelle. La première, assez répandue hors de la zone euro dans la presse et parmi les économistes, peut se résumer par une formule lapidaire s’appliquant aux dirigeants européens, rapportée par Martin Wolf du Financial Times : «Ils ne comprennent simplement rien.» Pour l’économiste Paul Krugman, on assiste à la mise à mort de l’euro par une cure d’austérité budgétaire prescrite suite à un diagnostic erroné.

Celui-ci a été rappelé par Angela Merkel dans son allocution au Bundestag du 2 décembre, se félicitant de ce que tout le monde en Europe s’accorde désormais sur les causes de la crise : le niveau élevé des dettes publiques et le manque de confiance qui en résulte. La solution serait alors un marathon d’austérité sous la surveillance de la Banque centrale européenne et de la Cour européenne de justice, avec sanctions automatiques pour les pays déviants de la norme de «bonne» gestion des finances publiques. Pour ceux qui observeraient que l’austérité va tuer la croissance, augmenter le chômage et donc aggraver le problème, la réponse habituelle est qu’elle va augmenter au contraire l’activité grâce à l’apparition miraculeuse de ce que Paul Krugman appelle la «fée confiance».

Pourtant, plutôt que de recourir aux invocations de l’économie vaudou, les responsables politiques européens feraient mieux d’abandonner l’austérité et accepter un peu d’inflation en Europe du Nord, ce qui contribuerait à résorber les déséquilibres de compétitivité avec l’Europe du Sud et à résoudre le problème de la dette dite «souveraine», sans devoir en passer par des décennies de vaches maigres. Rappelons par exemple que le plan de désendettement proposé par le Conseil allemand des experts économiques prévoit pour l’Italie un excédent budgétaire primaire de 4,2% du PIB pendant plus de vingt ans !

Pourquoi une politique aussi absurde est-elle suivie en Europe au moment où les prévisions de croissance de l’OCDE pour 2012 annoncent la stagnation (0,6% en Allemagne, 0,3% en France, 0,2% dans la zone euro) voire la dépression (-0,5% en Italie, -3% en Grèce) ?

La réponse donnée plus ou moins explicitement dans le cadre de cette première interprétation est simple : Angela Merkel, Jean-Claude Trichet, Mario Draghi et consorts seraient des corniauds qui croient en des théories économiques s’apparentant plus à la pensée magique qu’à la science.

Mais si on peut reconnaître un fanatisme quasi-religieux dans les croyances économiques soutenant les recommandations d’austérité budgétaire, il ne faut pas pour autant sous-estimer la rationalité des acteurs politiques. Le parallèle entre la politique préconisée à l’échelle européenne par Angela Merkel et celle suivie au moment de la grande dépression par Heinrich Brüning, chancelier de 1930 à 1932, est éclairant à plus d’un titre. Contournant le Parlement, Heinrich Brüning imposa par voie de décrets d’urgence une politique radicale d’austérité à base de coupes drastiques dans les dépenses publiques, notamment les indemnités pour les chômeurs, et de baisse des salaires. Cette politique budgétaire, couplée à une politique monétaire restrictive par peur de l’inflation, au moment où la déflation menaçait, contribua largement à ce que l’Allemagne s’enfonce dans la dépression.

La politique économique, annoncée comme durable, suivie par celui que les Allemands finirent par surnommer le «chancelier de la faim» s’inscrivait dans le cadre d’une offensive conservatrice visant à la fois à démanteler l’Etat social et à affaiblir le système politique de la République de Weimar qui le garantissait. La Constitution de 1919 donnait pour objectif la coopération «sur une base égalitaire» entre syndicats et patronat pour la fixation des salaires, des conditions de travail et le développement économique ; elle garantissait aussi un grand nombre de droits sociaux. Avec l’intensification de la crise économique, l’objectif du patronat devint principalement l’affaiblissement puis la disparition de ce système au moyen de l’austérité et de la montée du chômage.

Altération de la démocratie et dévalorisation de la politique pour s’en remettre à des règles intangibles de supposée «bonne» gestion, remise en cause des droits sociaux, fragilisation de la représentation collective des salariés et réduction de l’Etat social par l’austérité budgétaire : les similitudes sont suffisamment nombreuses pour se demander si on tient vraiment au retour des années 1930.

 

http://www.liberation.fr/economie/01012375842-austerite-betise-ou-ruse-des-gouvernants

 




20/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres